Aventurez-vous avec cette série sur les traces de mercenaires qui bravent ou ont bravé le Coeur du Wyld, forêt servant de repaire aux monstres les plus terribles et où chaque souffle peut vous faire contracter une maladie mortelle. Et pour quelle récompense ? La mort ou la gloire…

Couverture du tome 1 de Wyld

Fiche technique

  • Auteur : Nicholas Eames
  • Titre original de la série : The Band
  • Titres des tomes :
    • La mort ou la gloire
    • Rose de sang
  • Titres originaux des tomes:
    • Kings of the Wyld
    • Bloody Rose
  • Genre : Fantasy
  • Nombre de tomes : 2 (série en cours ?)
  • Niveau : Bon lecteur
  • Récompenses (tome 1) :
    • Prix David Gemmel 2018 du meilleur premier roman (appelé prix Morningstar)
    • Prix Fantasy Faction 2017 du roman de fantasy

Bibliochimie

Si un alchimiste voulait recréer ce livre dans son alambic, quelles choses pourrait-il utiliser comme ingrédient ?

– Un monde où les aventuriers sont devenus de véritables stars

– Une ambiance résolument rock’n’roll

– Un savant mélange de drame et de comédie

A quoi s'attendre ?

La mort ou la gloire

Dans sa jeunesse, Clay Cooper faisait partie de Saga, la roquebande la plus célèbre et la plus crainte de ce côté du Coeur du Wyld ; de véritables stars adulées par leurs fans. Mais le temps a passé, et la bande de mercenaires s’est séparée ; les héros ont vieilli. Clay fait désormais partie de la milice de Coverdale depuis dix ans, il est heureux en mariage et a une fille.

Un soir, Clay trouve son vieil ami Gabriel, l’ancien meneur de Saga, sur le pas de sa porte. Désespéré, celui qu’on appelait autrefois Gabe le Magnifique supplie son ancien camarade de l’aider à sauver sa fille, prise au piège dans une cité assiégée par une horde de milliers de monstres. Une mission pour ainsi dire suicidaire, qui demanderait rien de moins que reformer Saga…

Rose de sang (attention, spoilers si vous n’avez pas lu le tome 1!)

Tam Hashford travaille dans une taverne et sert à boire tous les soirs à des mercenaires connus d’un bout à l’autre du pays. Mais la jeune fille, elle même fille d’une célèbre mercenaire, en a assez et ne rêve que d’aventure, malgré l’opposition inébranlable de son père.

Un soir, la célèbre roquebande Fable, dirigée par la non moins célèbre Rose de Sang, fille de Gabriel le Magnifique, arrive en ville et descend dans la taverne où elle sert. Et il se trouve qu’ils cherchent une barde. Tam va s’empresser de les rejoindre et, sur la route de l’aventure, découvrira également l’autre côté du décor : ce qui se passe dans les coulisses des roquebandes, et ce qui fait que ces stars adulées ont également leurs faiblesses.

Born to be Wyld

Je voudrais en préambule saluer le travail du traducteur, Olivier Debernard. Le terme “band” utilisé par Nicholas Eames pour désigner ses bandes de mercenaires était difficile à traduire en lui conservant double sens lié au monde de la musique, mais il s’en est tiré avec panache en créant le terme “roquebande”.

Car oui, les roquebande sont des allusions à peine déguisées aux groupes de rock, et plus particulièrement à l’univers du rock des années ’80-’90 : les chariots-caravanes rappellent les bus de tournée utilisés par les groupe de musiciens, les groupes laissent l’organisation de leurs tournées à leurs managers, les fans suivant leurs idoles, et le fait que la célèbre rencontre des mercenaires porte un nom inspiré d’un festival – Route du Roque dans la version française.

En plus de formidables aventures, on peut ainsi lire le destin de ces groupes, adulés et portées aux nues pendant un temps, puis lentement oubliés, remplacés par des groupes plus jeunes au gré des modes. C’est que le succès peut devenir une drogue en soi, qui peut pousser certains à aller très loin pour le conserver. Et pourtant, même la gloire n’est pas éternelle et il faut bien continuer à vivre une fois qu’on en est privé. Les roquebandes passent toutes par là, et le roman montre comment leurs membres gèrent leur propre relation avec le succès, qu’il soit actuel ou passé, voire qu’il soit le succès d’un proche et non le leur.

Avis de la Rédac'

Mikaua : J’ai ouvert le premier tome de Wyld sans trop savoir à quoi m’attendre. Nombreuses sont les séries qui dosent mal leur humour, donc, malgré les critiques élogieuses imprimées sur le quatrième de couverture, je ne partais pas confiante. Il n’a fallu au final que trois chapitres à “La mort ou la gloire” pour me convaincre que j’avais un roman de qualité entre les mains et que l’auteur savait parfaitement ce qu’il faisait. L’idée des roquebandes, basées sur les anciens groupes de rock, est sacrément bien trouvée et j’ai adoré retrouver différentes analogies au fur et à mesure du récit. L’intrigue est sérieuse, souvent poignante car jouant beaucoup sur les relations humaines, mais l’humour vient souvent alléger un peu le propos, assez bien dosé pour ne jamais sortir le lecteur de l’histoire. Quant aux protagonistes, ils sont décrits magnifiquement. Ils sont tout ce qu’on espère inconsciemment ne jamais voir arriver à nos idoles d’antan : ils ont vieilli, pris du poids, abusé de la bonne chère – et certainement d’autres trucs – ; bref, ils sont humains, mais ils n’en sont pas moins diablement attachants. Le premier tome parle d’amitié, de gloire passée, et surtout de comment se réinventer après le succès. Le second tome quant à lui creuse davantage le côté “rançon du succès” et explore les fêlures de l’âme de ces héros qui sont, eux, encore en pleine gloire et essaient – pour certains – de se hisser à tout prix à la hauteur de leur prédécesseurs. Une excellente série que je conseille à ceux qui aiment l’épique mais n’ont pour autant pas envie de trop se prendre la tête.

Sources

Le site de l’auteur

Les deux tomes de la série


0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.