Mouvement Kawaii

Étymologie du terme et emplois

Le terme Kawaii nous provient directement de la langue japonaise, où il signifie « adorable » ou « mignon » selon la phrase dans laquelle il s’emploie. Il s’agit donc d’un adjectif qui caractérise en général quelque chose de vivant. Animaux ou personnes « qu’il s’agisse d’enfants ou d’adultes » peuvent donc être affublés du terme kawaii. Attention cependant, car le terme kawaii peut aussi être employé pour caractériser la personnalité de quelqu’un. On parlera alors de personnalité « mignonne ». Kawaii peut également désigner une belle femme. Plus largement, le terme kawaii est utilisé aujourd’hui comme une expression visant à signifier qu’une chose est mignonne. On pourrait alors le traduire par « comme c’est mignon ! »

Origines

Les origines du mouvement kawaii sont quelques peu incertaines et les auteurs ne s’accordent pas sur un seul et unique point de départ. Différents évènements ont conduit au « kawaii moderne » et continuent encore aujourd’hui à venir étoffer la mouvance. Plusieurs éléments sont toutefois considérés comme fondateurs du kawaii, ainsi retrouvons nous les Rune Doll, en 1953, qui sont considérées par beaucoup comme le premier élément de ce mouvement. Les Runes Doll sont de petites poupées que l’on peut habiller de diverses manières en achetant de nouvelles tenues. Depuis leur création, ces poupées n’ont eu de cesse de se vendre et, encore aujourd’hui, il s’en vend plusieurs milliers d’exemplaires chaque années.

Rune-naito

Quelques exemples de Rune Doll

Dans les années 1970, une mode d’écriture a vu le jour. Celle-ci consistait à ajouter de petit dessins mignons aux écrits, comme des étoiles, des cœurs ou des smilies.

Dans les années 1980, une nouvelle pierre fut ajoutée à la culture kawaii. Alors qu’un gang de voyous nommés Boso-zoku faisaient la une des journaux, leurs petites amies portèrent leur attention sur de petits chats mignons que l’on nommait « nameneko » et qui possédaient de petits costumes semblables à ceux de leurs copains. Pour ne pas s’attirer les foudres de leurs petites amies, les hommes durent donc intégrer le terme de Kawaii dans leur vocabulaire, ce qui aida à populariser l’utilisation du terme.

kawaii et Japon

Nameneko

Un exemple de petits chats mignons que l’on nomme aussi «nameneko»

Kawaii et Japon

Le Japon entretient ce qu’on pourrait qualifier d’esthétique kawaii, et ce depuis de nombreuses années. Pour nous autres européen, cette esthétique peut sembler un peu frivole, voir totalement incompréhensible et peu sérieuse voir même totalement décalée dans certains contextes. Si nous acceptions volontiers la présence d’un style « mignon » dans ce qui touche au jeu vidéo, à l’enfance, à l’adolescence et d’autres loisirs comme la lecture par exemple, nous intégrons difficilement cette esthétique dans des milieux plus sérieux comme l’armée, la politique et autres services publiques tels que les mairies ou les forces de l’ordre. Alors qu’elle ne choque pas dans le paysage japonais, qui l’a largement intégré dans ses coutumes, l’esthétique kawaii nous semble décalée et inappropriée quand il s’agit de milieux considérés comme sérieux. Néanmoins, la culture kawaii n’est pas cantonnée au Japon. En effet, celle-ci est particulièrement populaire dans des pays comme la Chine ou la Corée du Sud. Le mouvement kawaii a considérablement évolué au Japon et si, il y a encore une dizaine d’années, celui-ci était utilisé par des femmes d’âge mûr, il ne l’était que dans le privé ou entre amies. Avec le temps et les désinhibitions qui ont suivi l’évolution économique du pays, nous voyons de plus en plus de femmes l’employer au travail pour caractériser tout et n’importe quoi. Une employée peut alors dire à son patron que sa cravate est « totalement kawaii » ou qu’elle trouve ses poignées d’amour kawaii alors qu’une telle liberté n’aurait jamais été envisageable avant.

Omniprésence

Omniprésence

Aujourd’hui, la culture du kawaii s’est fondue dans la société japonaise jusqu’à se retrouver dans les instances gouvernementales, dans les plus grandes industries et dans nombres de commerces. Bien souvent, les entreprises et partis politiques emploient des mascottes ou campagnes publicitaires kawaii pour faire leur promotion.

All-Nipon-Airwawe

Déclinaison du Kawaii là ou on s’y attend le moins

mode kawaii

Mode kawaii

Le terme kawaii est aussi largement employé pour caractériser une mode particulière dans laquelle les protagonistes s’habillent comme des enfants ; les vêtements, souvent petits pour la personne qui les porte, sont généralement pourvus de dentelles, de rubans et presque toujours dans les couleurs pastelles. Le rose y joue un rôle prédominant et représente, pour certains, un véritable style de vie. Mais cette mode ne se caractérise pas uniquement par un style vestimentaire atypique. Le comportement des adeptes du style kawaii est également régi par certains codes de conduite, comme le fait de se tenir la tête baissée, le regard porté vers le sol et les pieds tournées vers l’intérieur – simulant par là, le comportement des enfants et leur timidité. S’extasiant sur ce qu’elles (plus rarement ils) trouvent mignon, elles ponctuent leurs phrases par un kawaiiiii en accentuant le « i » final et en levant les doigts en forme de « V ».

Centre

Le temple du Kawaii

La mode kawaii trouve son temple dans la ville de Tokyo avec le Shibuya 109. Gigantesque centre commercial et véritable institution du prêt-à-porter féminin, il est considéré par beaucoup comme un endroit sacré. On y trouve tous les styles de kawaii : du Kawaii sweet lolita au kawaii gothique, en passant par le kawaii « west coast », on remarque que le style s’est développé dans des direction bien distinctes.

Exemple de robe de style gothique

Exemple de robe de style gothique

Exemple de style Sweet Lolita

Exemple de style Sweet Lolita

Jeux-vidéo

Dans les jeux vidéo

L’évolution du jeu-vidéo a largement contribué au développement de la culture kawaii grâce à certains héros virtuels. Bien que l’origine vienne plutôt des Animes, le mélange des genres fait qu’aujourd’hui, la production d’idoles kawaii par les jeux vidéo est aussi importante que celle de leurs homologues des films d’animation. Les pikmins et certains pokémons en sont quelques exemples les plus connus.

écriture

Écriture kawaii

L’écriture possède également son courant kawaii sous la forme d’une écriture qualifiée d’enfantine. Cette pratique est répandues chez les adolescentes japonaises et date des années 1970. Cette écriture particulière consiste à arrondir les lettres ou à embellir les écritures à l’aide de petits dessins et autres fioritures décoratives. On connaît également cette écriture sous les termes d’« écriture de chaton » ou de « fausse écriture enfantine »,

Conclusion

Conclusion

Bien que les origines du mouvement kawaii soient quelque peu obscures et qu’elles proviennent certainement de sources multiples, nous remarquons que le mouvement couvre aujourd’hui une vaste partie de la population japonaise, dans des milieux aussi variés qu’improbables. Véritable phénomène de mode, il intègre aujourd’hui des éléments provenant de tous les horizons et se diversifie en différents courants parallèles et styles vestimentaires variés. Toujours fortement présent chez les adolescentes, il représente une sorte de bouclier brandi face à l’austérité de la culture éducative japonaise en s’affranchissant des contraintes vestimentaires des milieux scolaires ainsi que des codes de communication en entreprise.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

2 Réponses

  1. 6 janvier 2018

    […] la culture, l’histoire ou la production locale et sont caractérisées par une apparence kawaii (ou mignonne) et […]

  2. 3 août 2018

    […] – à la mode Lolita. Alors qu’est ce que la Mode Lolita ? En quoi se différencie-t-elle du mouvement Kawaii ? A-t-elle un lien avec nos Lolita européennes et que tente-t-elle de véhiculer comme message ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *