Carnets de voyage : Japon 3 : Himeji

Principalement connue pour son château, la ville de Himeji (姫路市) appartient à la préfecture de Hyōgo. Si vous êtes de passage dans la région, par exemple si vous passez quelques jours à Osaka ou si vous visitez Hiroshima, sachez que vous êtes à moins d’une heure de l’un des châteaux les plus typiques du pays. Particulièrement bien indiqué, celui-ci est le point de passage indispensable si vous vous rendez en ville, tout comme la vue sur le Mont Seppiko. La ville est également connue comme étant le départ de la route historique de l’Inaba Kaidō, qui fut construite lors de l’époque d’Edo

Le château reconnaissable entre mille

Le château de la ville d’Himeji, reconnaissable entre mille

Notes de voyage : En tant que ville touristique, Himeji possède peut-être un peu moins d’atouts que certaines autres villes de plus grande importance. Elle est principalement connue pour son château, difficilement manquable une fois sorti des transports en commun ; celui-ci est parfaitement indiqué et il vous est pratiquement impossible de vous perdre. Depuis la gare, il ne vous faudra qu’une quinzaine de minutes à pied pour vous y rendre et bénéficier de la vue extraordinaire qui vous est offerte.

Château de Himeji

Étant l’un des châteaux les mieux préservés et les plus visités du Japon, le château d’Himeji est également inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il s’agit de l’un des endroits incontournables à visiter si vous êtes de passage dans la ville. Très impressionnant, le château est également entretenu avec un souci du détail proche de la perfection. Les extérieurs ne permettent d’ailleurs pas d’imaginer son âge réel, bien qu’il s’agisse de l’une des plus anciennes structures du Japon médiéval.

De jolies brochures de visite

De jolies brochures de visite

Bien que beaucoup le nomme par le nom de la ville, le château est également connu sous les appellation de « Hakuro-jô » ou de « Shirasagi-jō » (白鷺城 = château du Héron blanc ou de l’aigrette blanche) principalement à cause de sa couleur caractéristique blanche, mais également pour son opposition aux deux autres châteaux célèbres d’Okayama (donjon reconstruit) et de Matsumoto (donjon authentique), qui sont tous les deux de couleur noire.

Il est très connus au Japon, où il est représenté sur de nombreuses peintures, mais il apparaît également souvent à la télé – notamment dans le film de James Bond « On ne vit que deux fois » en 1967.

Historiquement, la construction du château débuta en 1346, durant l’époque Nanboku-chō de la période Muromachi. Sa construction prit plusieurs siècles avant de devenir le château que l’on connaît aujourd’hui et passa aux mains de divers gouverneurs, qui ajoutèrent chacun leur touche personnelle à l’édifice.

La mascotte du château d'Himeiji

La mascotte du château d’Himeiji

Aujourd’hui entièrement rénové, le château peut être entièrement visité, que ce soit en intérieur ou en extérieur.

Notes de voyage : Himeji est visitable sans qu’il soit nécessaire d’acheter de billet pour cela. La seule restriction est que vous n’aurez dès lors pas le loisir de visiter l’intérieur du château et que certains accès aux jardins ne vous seront pas accordés. Si vous désirez tout de même accéder à toutes les zones de celui-ci, sachez qu’un adulte devra débourser 1000 yens et un enfant 300.

Le plan du château et de ses alentours histoire de vous donner une idée de ce qui vous attend lors de votre visite

Le plan du château et de ses alentours histoire de vous donner une idée de ce qui vous attend lors de votre visite

Notes de voyage : Himeji est extérieurement très beau et les alentours sont aussi exceptionnels, particulièrement lors de la floraison des cerisiers – comme on peut le constater sur la photo en début d’article. Une fois à l’intérieur, vos retirez vos chaussures et évoluez dans l’édifice, qui a été particulièrement bien restauré. Celui-ci est cependant très vide et gare à vos pieds si vous avez le malheur de le visiter par des températures basses, car le sol menacera de vous aspirer toute votre chaleur. Qui dit château le plus visité du pays dit également filles d’attente et celles-ci étaient au rendez-vous, que ce soit pour l’entrée dans le château ou à l’intérieur de celui-ci. L’attente à l’extérieur nous permettait de détailler l’architecture typique des toits et des remparts, conçues pour retarder le plus possible les attaquants tout en offrant une multitude de points pour les archers et autres lanciers. L’intérieur est néanmoins sombre et peu de choses réellement intéressantes permettent de patienter. Le sommet offre une belle vue sur les alentours du château, sur la ville et sur Mont Seppiko, sans pour autant égaler d’autres vues plus intéressantes, comme celle offerte par le château d’Osaka par exemple. Au final, même si le château reste un incontournable de toute les visites de la région, ne vous inquiétez pas si vous n’avez pas le loisir d’en visiter l’intérieur ; a moins que vous soyez férus d’architecture, les jardins sont infiniment plus intéressants.

Mont Seppiko

Le mont Seppiko (雪彦山) est une montagne (ou un groupe de montagnes) culminant à 915 m d’altitude, situé sur le territoire de la ville de Himeji. Cette montagne est l’une des San-hiko-san, trois montagnes hiko shugendō au Japon (le shugendō étant une tradition spirituelle japonaise consistant en une harmonie entre l’homme et la nature). Particulièrement bien visible depuis le château d’Himeji, le Mont Seppiko abrite également un sanctuaire shinto qui fut installé au milieu de la montagne au VIIe siècle, à l’époque de l’impératrice Suiko. Le mont Seppiko est également connu comme étant l’un des endroits où les shugensha, les pratiquants du shugendō, peuvent se former.

Le Mont Seppiko

Le Mont Seppiko

Pour continuer votre voyage

Partagez

Vous aimerez peut-être...

9 Réponses

  1. Yukino dit :

    Bonjour, je vous suis depuis quelques temps déjà et j’apprécie beaucoup vos articles. J’ai un petit faible pour vos reportages je dois dire et pour ceux qui traite de la culture geek. En parlant de culture geek et comme vous proposez de vous conseiller des articles, je pense que quelque chose sur les yuru-chara – comme celui Himeiji – pourrait être une bonne idée. Dites moi ce que vous en pensez. En attendant, je me réjouis de continuer à vos lire.

    • Keul dit :

      Bonjour et merci de votre commentaire. Votre proposition me paraît intéressante et cela fait d’ailleurs quelques temps que nous pensions la traiter dans un article. Puisque la demande est là, je pense que nous pourront proposer quelque chose d’ici début de l’année pour répondre à votre attente.

  1. 20 mai 2017

    […] Carnet de voyage 3 : Himeji […]

  2. 29 juillet 2017

    […] intéressant à visiter car l’intérieur n’est pas vide, comme c’est le cas du château d’Himeji par exemple. Vous pourrez y découvrir des reconstitutions d’installations militaires visant à […]

  3. 3 octobre 2017

    […] Carnet de voyage 3 : Himeji […]

  4. 3 octobre 2017

    […] Carnet de voyage 3 : Himeji […]

  5. 3 octobre 2017

    […] Carnet de voyage 3 : Himeji […]

  6. 18 novembre 2017

    […] Carnet de voyage 3 : Himeji […]

  7. 13 février 2018

    […] Carnet de voyage 3 : Himeji […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *