Qwan

Vous pensez avoir fait le tour des mythes et légendes japonais ? Vous connaissez par cœur tous les Yokaïs et la géographie du Japon médiéval vous est plus familière que celle de votre pays ? Alors il est temps pour nous de nous pencher sur la Chine et son histoire. Découvrez dans cet article une adaptation fantastique et magnifiquement illustrée du premier roman historique sur l’histoire de la création des trois royaumes à travers un manga ancré dans la culture chinoise, racontant la fin de la dynastie Han et la création des trois royaumes. Dans cette version, histoire, mythes et légendes s’entremêlent pour entrer dans un registre fantastique et proposer une aventure haute en couleurs et pleine de mysticisme. Préparez-vous à de l’original car voici la présentation du manga Qwan.

La couverture du Tome 1

La couverture du Tome 1

Informations techniques

  • Titre original : 怪力乱神クワン
  • Titre traduit : Qwan
  • Auteur : Aki Shimizu
  • Type : Seinen
  • Origine : Japon
  • Genre : Art Martial – Aventure – Surnaturel
  • Editeur VF : Soleil Manga
  • Sens de lecture : Japonais
  • Prix indicatif : ~ 7€ ; ~10 CHF
  • Année : 2002-2008
  • Nombre de volumes parus : 7
  • Statut : terminée
  • Âge conseillé : 12 ans et +

 Pour vous mettre en appétit

L’empire de Chine est sur le déclin, la dynastie Han est sur le point de s’éteindre. Partout dans l’empire, les provinces commencent à prendre leur autonomie et se détachent petit à petit de l’influence de l’empereur. Hommes et démons sentent arriver l’heure du changement et voient en celui-ci un moyen d’augmenter leurs pouvoirs et leurs richesses, et ce faisant saisissent l’opportunité de changer leur situation et leur place dans l’empire actuel.

L’histoire commence alors que Chikei, le bon à rien, rencontre un étrange garçon nommé Qwan et son animal de compagnie Teikou. Qwan possède l’étrange capacité d’absorber les démons et leurs pouvoirs et parcourt le monde à la recherche de réponses sur ce qu’il est réellement et sur sa place sur cette terre. N’écoutant que son penchant pour l’argent facile, Chikei décide de faire le voyage avec ce jeune prodige dont on ignore tout, un voyage qui s’annonce plein de promesses pour ce jeune opportuniste. Mais ce voyage le rendra-t-il riche en or ou en mésaventures ? Et qui est véritablement ce garçon ? La réponse se trouve sûrement dans le grand rouleau de la paix Taiping, caché dans la Cité Interdite. Mais espérer mettre la main dessus n’est-il pas totalement inconscient ? D’un autre côté, une telle opportunité ne s’offre qu’une fois dans une vie.

La couverture du Tome 2 sans les annotations

La couverture du Tome 2 sans les annotations

 Conclusion et avis personnel

 L’aventure de Qwan se déroule dans une période intéressante de l’histoire de la Chine, à savoir l’effondrement de la dynastie Han près des années 180. Cette période pleine de trahisons, de succession d’empereurs sans réel pouvoir, d’influence grandissante des eunuques, s’acheva finalement par la division de l’empire en l’an 220, à la mort de l’empereur Cao Cao. Loin de s’enfermer dans un récit historique lourd et peu digeste, l’auteur y mêle les coutumes et légendes du pays sans pour autant s’écarter des faits historiques importants. Comme dans de nombreux ouvrages du genre, on retrouve le thème du voyage initiatique, qui fait voyager le héros à travers diverses villes et paysages afin trouver des réponses sur ses origines et sur ses pouvoirs. Le fait que l’histoire se déroule en Chine, dans une période moins connue de nous autres européens, nous promet un dépaysement total qui ne manque pas de nous apporter une bouffée de fraîcheur à l’heure où les coutumes, mythes et légendes du Japon ont envahi les rayonnages de nos librairies. Plus que son histoire qui mélange deux styles de récits, l’œuvre se démarque par son visuel, l’auteur nous offrant un dessin plein de détails rehaussé par un trait fin et précis, le tout découpé de manière à ce que la lecture soit à la fois fluide et agréable.

On regrettera cependant l’abandon de la publication de certains volumes, comme le volume 2 par exemple, qui rendent la série difficile à se procurer. Celle-ci reste cependant une référence et certainement l’un de mes coups de cœur de ces dernières années.

Et pour finir, une petite illustration du Chaos selon la mythologie chinoise

Et pour finir, une petite illustration du Chaos selon la mythologie chinoise

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. 14 juin 2017

    […] Voici quelques exemples de mangas appartenant à cette catégorie : Danzaisha, Gunnm, L’Île infernale, Nausicaä de la vallée du vent, Néo Faust, Qwan […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *