The Sundering (série) – La Fracture

Lors de la mort de Donjons et Dragons 4 – puissent ses bases se consumer éternellement dans la 666ème strate des Abysses (non je ne suis pas tendre, ils avaient osé virer la classe de barde !) – Wizards of the Coast avait annoncé que les changements dans l’univers des Royaumes Oubliés à venir dans D&D5 seraient expliqués dans une série de six romans nommée « The Sundering » (qui peut se traduire par « la Fracture »), qui paraîtraient avant les bases de la nouvelle version. Un seul de ces romans étant paru depuis en français, Geek-It vous offre un tour d’horizon de ces six oeuvres et des changements qu’ils présentaient.

Fiche technique

  • Titre original de la série : The Sundering
  • Traduction made in Geek-It : La Fracture
  • Titres et auteurs des différents tomes :
    • The Companions / R. A. Salvatore ; paru chez Milady sous le titre « Les Compagnons »
    • The Godborn / Paul S. Kemp
    • The Adversary / Erin M. Evans
    • The Reaver / Richard Lee Byers
    • The Sentinel / Troy Denning
    • The Herald / Ed Greenwood
  • Parution : 2013-2014
  • Genre : Fantasy
  • Nombre de tomes : 6
  • Niveau : Bon lecteur

Bibliochimie

Si un alchimiste voulait recréer ce livre dans son alambic, quelles oeuvres proches pourrait-il utiliser comme ingrédient ?

Ici l’alchimiste bibliophile est obligée de déclarer forfait : avec six auteurs différents et des intrigues situées aux quatre coins des Royaumes, impossible de trouver un dénominateur commun pour la série Sundering.

Couverture française du 1er tome de Sundering

The Companions / R.A.Salvatore

– Traduction officielle : Les compagnons

Si vous ne connaissez pas R.A.Salvatore, l’auteur qui a crée Drizzt Do’Urden, l’un des personnages phare de la fantasy actuelle, vous pouvez lire notre article à son sujet.

Companions, comme son titre l’indique, se focalise sur les compagnons de Drizzt Do’Urden, les célèbres Compagnons du Hall. Tous morts trois tomes auparavant, ils renaissent par la grâce de la déesse Mailikki avec tous leurs souvenirs, et surtout un rendez-vous à honorer : vingt-cinq ans après leur renaissance, la nuit de l’équinoxe de printemps, ils pourront retrouver leur ami Drizzt au sommet du Cairn de Kelvin.

Va alors pour chacun commencer une nouvelle vie, à recommencer de bébé jusqu’à l’âge d’adulte – ou de jeune adulte – avec l’esprit d’un aventurier vétéran dans un corps jeune. Chacun va tisser de nouveaux liens, se construire à nouveau, dans un monde ayant bien changé à cause de la Peste magique. Et au final, la question se posera pour chacun : honorer le rendez-vous, et renouer avec son ancienne vie, ses anciens compagnons, ou ne pas y aller et embrasser pleinement sa nouvelle vie sans plus regarder en arrière ?

Les Compagnons du Hall étant éparpillés aux quatre coins de Féérune – Cattie-Brie se retrouvant même tout au sud du continent, dans un désert qui était autrefois les luxuriantes prairies du Shaar, à présent nommé la Désolation du Shaar – on peut constater via ce premier tome de Sundering plusieurs des changements amenés par la version 5. Premièrement, on constate un retour de la Toile, à savoir l’ancienne magie – dont la déchirure avait causé la Peste magique à l’avènement de la version 4. Avec ce retour, certains des pouvoirs magiques spéciaux qui s’étaient manifestés depuis la Peste magique se mettent en sommeil, voire disparaissent carrément. Une seconde chose, qui est plus évoquée que réellement démontrée, c’est le retour de certains dieux qui avaient disparu avec la Peste magique. Prêtes à tout pour reconquérir ce qu’elles ont perdu, les divinités choisissent leurs champions sur Toril et c’est par leurs affrontements que se jouera le destin des panthéons.

Couverture de Godborn, tome 2 de Sundering

The Godborn / Paul S. Kemp

– Traduction officieuse Geek-It : Né d’un dieu

Paul S. Kemp est un auteur américain qui a déjà participé à une série à plusieurs auteurs dans les Royaumes Oubliés, également une hexalogie. Il s’agissait de la Guerre de la Reine-Araignée, série supervisée par Salvatore en personne. Son personnage fétiche est Erevis Cale, un humain devenu un Ombrageur. Le personnage est très connu côté monde anglophone mais, ses romans n’ayant pas été traduits en français, reste inconnu au bataillon chez les francophones.

Godborn a pour héros le fils d’Erevis Cale, Vasen Cale. Bien que présentant les traits d’un ombrageur, et étant donc fortement marqué par les Ombres, Vasen est un paladin d’Amaunator, le dieu du soleil. Le jeune homme voit son père en rêve, bien que ce dernier soit mort depuis des années, et le jeune homme sait qu’il est destiné à « ne pas échouer » – mais échouer à quoi, cela reste un mystère. Les évènements vont se précipiter lorsque Drasek Riven, un ancien camarade d’Erevis Cale, retrouvera Vasen et lui demandera son aide pour arrêter la déesse Shar. Des années auparavant, le plan de la déesse pour avaler Toril, le Cycle de la Nuit, a été stoppé par une manoeuvre du dieu Masque – hélas mort, dévoré lors de l’activation du Cycle – mais elle aurait trouvé un moyen pour le compléter.

Ce second tome de Sundering permettra de mettre une fin définitive à la menace posée par le Cycle de la Nuit de Shar, car il sera complètement défait. Au passage, le dieu Masque renaîtra de ses cendres, les diverses parties de lui qu’il avait dissimulées à l’intérieur d’être vivants enfin réunies.

Couverture de Adversary, tome 3 de Sundering

The Adversary / Erin M. Evans

– Traduction officieuse Geek-It : L’adversaire

Erin M. Evans, auteure américaine, a écrit pour les Royaumes Oubliés la série « Brimstone Angels ». Son personnage fétiche est Farideh, une jeune tiefflin élevée, ainsi que sa jumelle Harideh, par un être draconique. Farideh, à la suite d’un rituel d’invocation raté, se verra liée par un pacte à un charismatique Cambion (un demi-diable) nommé Lorcan, et bannie de son village pour cela.

The Adversary a pour personnage central Farideh. Ayant attiré sur elle l’attention de plusieurs diables collectionneurs d’âmes issues de lignées rares, elle se retrouve dos au mur et est obligée de faire un pacte avec Sairché, la soeur de son propre diable Lorcan. En échange de protection jusqu’à sa vingt-septième année pour Lorcan, sa jumelle Harideh et elle-même, Farideh devra une faveur à la demi-diable. Tournant le pacte à son avantage comme seule une diable peut le faire, Sairché place les jumelles et son frère en suspension temporelle – ce qui techniquement les protège de tout mal – jusqu’à la date fatidique. Une fois réveillée dans un monde qu’elle ne reconnaît plus, Farideh se fait aussitôt réclamer la faveur due et doit aller se mettre au service du magicien néthérisse Adolican Rhand. Ce dernier réunit dans un campement caché aux yeux du monde tous les êtres semblant touchés par les dieux. Le travail de Farideh sera de repérer parmi eux ceux qui sont réellement des Elus. Mais que veulent en faire les magiciens de Néthéril, ça, mystère. Et pendant que la tiefflin tente de démêler tout cela, sa jumelle, bien obligée de faire équipe avec Lorcan, essaie de la retrouver pour la libérer. Quant à Dahl, agent des Ménestrels égaré dans le campement des prisonniers par la faute de Farideh, il essaie de comprendre ce qui se passe par ses propres moyens.

Ce nouveau tome de Sundering permet de découvrir un grand pan des plans en mouvement : sentant venir la Fracture, une nouvelle séparation de Abeir et Toril, les Shadovars réunissent tous les Elus qu’ils peuvent trouver. En effet, Shar, frustrée par l’échec de son plan au tome précédent de la série, s’est retrouvée, comme tous les autres dieux, en compétition pour reprendre sa place, et éventuellement gagner un peu plus dans l’affaire.

De plus, ce tome montre, pour une fois, l’autre race infernale, à savoir les diables. Les Royaumes Oubliés montrent davantage les démons, et du coup la frontière entre eux et leurs cousins est parfois floue. Mais là, les pactes sont bien mis en scène et leurs conséquences, pour l’une ou l’autre partie, en cas de non-respect, même minime, sont clairement montrées. Un très intéressant éclairage.

Couverture de Reaver, tome 4 de Sundering

The Reaver / Richard Lee Byers

– Traduction officieuse Geek-It : Le pilleur (ou le pillard)

Richard Lee Byers est un écrivain américain, détenteur d’un master en psychologie. Il a écrit plusieurs romans dans l’univers des Royaumes Oubliés, dont le premier tome de la série à six auteurs de la Guerre de la Reine Araignée.

The Reaver a comme personnage principal Anton Marivaldi, un pillard à tendances pirate téméraire à l’extrême. Le décor : la mer des Etoiles déchues et ses régions côtières, ravagées depuis la Peste magique par d’interminables tempêtes, au point que le peuple, désespéré, s’est tourné vers la cruelle déesse de la mer Umberlee. L’Elu de la déesse, le pirate zombie Highcastle, profite largement de la situation et voit d’un très mauvais œil l’arrivée du jeune Stedd Whitehorn sur son terrain de chasse préféré. En effet, Stedd affirme être l’Elu de Lathandre, le Seigneur de l’Aube, que l’on croyait disparu, et apporte un message d’espoir aux populations. Hightcastle met aussitôt une prime sur la tête du jeune Elu, et Anton n’est que trop heureux de capturer le gamin pour récolter la prime. L’ennui, c’est que Stedd, en plus d’avoir sa propre mission au service de Lathandre, est la cible de bien des convoitises, et qu’Anton n’a strictement aucune idée du raz-de-marée qui est sur le point de l’avaler.

Dans ce tome de Sundering, pas de grande révélation mais un nouveau retour à la normale. La Grande Pluie cesse, ayant enfin pu accomplir son travail de briser les barrières de terre qui tenaient la Mer des Etoiles déchues loin de ses côtes originelles, et la région retrouve enfin un climat normal. L’influence d’Umberlee sur les côtes est brisée. De plus, un nouveau dieu fait son retour, à savoir Lathandre. Le Seigneur de l’Aube fait d’ailleurs une démonstration de force à travers son Elu qui incite au respect.

Couverture de Sentinel, tome 5 de Sundering

The Sentinel / Troy Denning

– Traduction officieuse Geek-It : La sentinelle

Troy Denning est un auteur et également un game designer américain. Il a écrit de nombreux romans de fantasy et de science-fiction. Parmi ses oeuvres dans l’univers des Royaumes Oubliés, on peut noter Eau Profonde, le troisième tome de la trilogie des Avatars – écrit alors sous le pseudonyme Richard Awlinson.

The Sentinel se concentre sur le personnage de Kleef Kenric, un paladin du dieu Heaume rendu amer par le silence de son dieu et devenu membre du guet de la cité de Marsembre. Sa route va croiser celle de trois Elus : d’abord Arietta, une Elue de la déesse Siamorphe, déesse de la noblesse. Puis ce sont Joelle, Elue de Sunie, déesse de l’Amour, et Malik – bien connu des lecteurs assidus des Royaumes Oubliés – Elu de Myrkul, dieu des morts… supposément mort lors du Temps des Troubles. Tout quatre vont d’abord devoir se battre pour sortir de Marsembre, assiégée, avant que Kleef ne découvre que Joelle et Malik sont investis d’une mission de la plus haute importance : amener au temple de Grumbar, divinité élémentale de la Terre, un artefact appelé l’Oeil de Gruumsh. Sans ce présent, la divinité pourrait décider de quitter Toril pour Abeir lors de la Fracture qui se rapproche, ce qui laisserait le monde sans rien pour stabiliser son sol, avec les conséquences qu’on imagine. Face à eux vont se dresser tous les orcs de la région, bien décidés à récupérer l’artefact de leur dieu, ainsi que les Shadovars, désireux de plaire à la déesse Shar.

Après ces évènements du cinquième tome de Sundering, Grumbar restant du côté de Toril, non seulement Shar subira une nouvelle défaite, mais en plus l’énorme faille qui s’était ouverte à travers le Shaar oriental, l’Underchasm, sera comblé par une terre riche et fertile, ce qui permettra à la région de revivre – et évitera au passage d’avoir une porte ouverte sur l’Outreterre de la taille d’un pays. Heaume le Vigilant reprendra également sa place de divinité après plus d’un siècle de silence. On aura enfin confirmation que Myrkul est bel et bien mort, et que Malik reste l’Elu de Cyric.

Couverture de Herald, tome 6 de Sundering

The Herald / Ed Greenwood

– Traduction officieuse Geek-It : Le héraut (Si, si, c’est écrit juste. Ouvrez un dictionnaire si vous ne me croyez pas, ça fera du bien à votre culture générale.)

Ed Greenwood est l’homme qui a crée l’univers des Royaumes Oubliés comme univers pour ses propres parties de Donjons et Dragons. Son personnage fétiche est Elminster, l’archimage le plus puissant de tous les Royaumes, élu de la déesse de la magie Mystra.

Dans the Herald, malgré la disparition de sa déesse Mystra, Elminster reste fidèle à sa mission et s’efforce d’ancrer la Toile à Toril pour la fortifier et ainsi empêcher Shaar de l’utiliser pour la changer en Toile des Ombres. Mais la Fracture approche dangereusement, poussant les Shadovars à agir avant qu’ils ne soient à nouveau arrachés à ce monde et renvoyés en Abeir. Ils s’attaquent à la plus grande bibliothèque de Féérune à la recherche de sortilèges qui leur permettraient de s’emparer du bouclier magique de Myth Drannor, le fameux Mythal, et de siphonner son énorme énergie pour leurs propres besoins, voire pourquoi pas réclamer la Toile toute entière pour eux seuls. Pas question pour l’archimage de les laisser faire, et il va sauter dans la bataille, bien décidé à mettre Shar et ses fidèles en échec.

Avec ce dernier tome de Sundering, la Fracture est enfin consommée : Abeir et Toril, à nouveau séparées, s’éloignent l’une de l’autre. Plusieurs Elus de Mystra connaîtront la mort mais la déesse de la magie renaîtra de ses cendres pour reprendre le contrôle de la Toile et enfin renvoyer Shar à ses manigances. Les Shadovars, de leur côté, verront leur cité principale s’écraser sur Myth Drannor et leur chef être détruit par Elminster, ce qui calmera au moins pour un temps leurs ambitions.

Avis de la rédac’

Mikaua : Dommage qu’il n’y ait que les Compagnons de traduit en français, car ces romans ont été l’occasion de découvrir plusieurs auteurs que je ne connaissais pas encore – Erin M. Evans est une vraie perle et son idée de faire attaquer le même problème par divers angles pour permettre au lecteur d’en comprendre les ramifications est intéressante et bien maîtrisée (et en prime c’était la première fois que je voyais les Diables si clairement mis en scène !). Je me suis également réconciliée avec l’auteur Paul S. Kemp, qui m’a surprise en bien avec Godborn alors qu’il m’avait beaucoup déçue avec le dernier tome de la Guerre de la Reine-Araignée – de quoi donner envie de mettre la main sur l’ouvrage en version originale et vérifier si la piètre qualité ne tenait pas finalement aux traductions tronquées de chez Fleuve Noir. En plus, cette série ramène sur le devant de la scène des dieux qui ne sont généralement pas beaucoup mis en valeur dans les romans sur les Royaumes Oubliés, alors qu’ils peuvent amener beaucoup de piquant et sont largement plus intéressants qu’on ne le laissait paraître jusqu’à présent – je parle ici avant tout de Lathandre, mais également de Heaume. Au final, une très bonne série pour se faire une idée des changements apportés par D&D5 à l’univers et avoir un bon tour d’horizon de l’état de Féérune.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

2 Réponses

  1. 22 septembre 2017

    […] The Sundering / Pas de sous-titre en français […]

  2. 22 septembre 2017

    […] – The Companions (Sundering, book 1) – Les compagnons (livre 1 de la série Fracture) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *