Card Captor Sakura

Alors qu’elle n’a que dix ans, Sakura vient de libérer les cartes de Clow et de provoquer une catastrophe magique sur le monde. Heureusement, elle pourra compter sur ses amis et sa famille pour l’aider à remettre la main sur ces cartes et espérer sauver le monde.

Informations techniques

Card Captor Sakura Tome 1

Le tome 1 de Card Captor Sakura

  • Titre original: カードキャプターさくら (Kādokyaputā Sakura)
  • Titre français : Card Captor Sakura ou Sakura Chasseuse de Cartes
  • Auteur et Scénario : CLAMP
  • Origine: Japon
  • Genre: aventure, carte, fantastique, magical girl, magie, romance
  • Type : Shōjo
  • Éditeur VF : Pika Edition
  • Sens de lecture : japonais
  • Année: 1996
  • Nombre de volumes parus: 12
  • Statut : terminée
  • Âge conseillé: 10 ans et +

Pour vous mettre en appétit

Habitante de la ville de Tomoeda, Sakura est une jeune fillette qui vit seule avec son père et son grand frère. Un jour, alors qu’elle fait le ménage dans la bibliothèque de son père, elle découvre un étrange livre couvert de symboles mystérieux. Alors qu’elle l’ouvre pour voir ce qu’il contient, celui-ci laisse s’échapper une gigantesque bourrasque de vent qui emporte au loin ce qui semble être un jeu de carte. Lorsque le vent s’est calmé, une étrange créature semblable à un lionceau ailé et nommé Kerbéros sort du livre et annonce à Sakura qu’elle a laissé échappé les cartes de Clow, de puissantes cartes magiques habitées par des esprits. Il la charge alors de retrouver ces cartes afin de limiter les dégâts qu’elles peuvent causer. Mais Sakura s’apercevra bientôt qu’elle n’est pas la seule à rechercher ces cartes et que celles-ci peuvent représenter une véritable menace pour le monde.

Card Captor Sakura planche

Une petite planche du manga pour vous faire une idée du style

Petite anecdote

Contrairement à bon nombre d’héroïne de Magical Girl, Sakura ne possède pas de costume attitré qui permettrait au lecteur de la reconnaître du premier coup d’œil. Loin s’en fait, notre héroïne change de costume dans tous les tomes, et parfois même plusieurs fois par tome d’ailleurs, grâce à son amie Tomoyo. Bien qu’anecdotique, ce point est en fait le résultat d’une concertation poussée entre les différentes membres du collectif CLAMP, qui n’arrivaient pas à se mettre d’accord sur un costume unique. C’est ainsi que ce qui a démarré comme une chamaillerie entre auteures est devenu l’une des marques de la série, et accessoirement l’un des plus grand bonheurs des cosplayeurs du monde entier.

Avis de la rédaction

Keul : Card Captor Sakura, ou plutôt Sakura Chasseuse de Cartes pour nous autres francophones, est une série assez connue. Cette notoriété lui vient probablement de l’anime, qui a permis de faire découvrir l’œuvre originale pour beau nombre de lecteurs. Il s’agit également (c’est important de le mentionner) de l’une des rares série du collectif CLAMP a avoir été terminée, ce qui n’est pas un mince exploit quand on connaît la tendance de celles-ci à piquer la mouche avec leurs éditeurs. La série est un magical girl assez classique, si on excepte les relations complexes, voire même très complexes, entre les différents personnages. La série est également un peu sombre pour un magical girl, d’où la restriction d’âge. Au final, la série est très intéressante, même pour quelqu’un qui n’est pas forcément fan du genre. A découvrir comme classique du genre et à utiliser comme porte d’entrée pour le collectif CLAMP.

Xefed : Pour ma part, j’ai découvert le collectif CLAMP avec cette œuvre et j’ai ensuite lu pratiquement toutes les séries qu’elles ont sorti, qu’il s’agisse du premier collectif ou du nouveau (car oui, l’équipe a un peu changé entre deux). J’apprécie particulièrement cette œuvre, car il s’agissait de l’un de leurs premiers mangas, bien avant les prises de têtes des Tsubasa Reservoir Chronicle et autres œuvres cross-over qui complexifient leur univers en y introduisant des trames temporelles alternatives, des mondes parallèles et des paradoxes temporels. Le dessin se présente « à l’ancienne » avec un découpage de l’action assez classique mais toujours efficace. On est loin des dessins « explosifs » de certaines séries d’aujourd’hui avec des personnages qui sortent de leur case et des découpages brouillons qui rendent la lecture difficile. Bien que l’histoire soit très sérieuse au final, le tout est mignon et même kawaii je dirais. L’œuvre possède presque deux niveaux de lecture entre le visuel tout « doux » (si tant est qu’un visuel puisse être qualifié de doux) et les dialogues et interactions entre les personnages, qui sont très sérieux et profonds. Finalement, la série se pose comme un classique du genre tout en proposant quelque chose d’assez neuf pour l’époque. Après un tome, on reconnaît la patte du collectif CLAMP et de leur univers si riche. A lire absolument et sans modération.

Mikaua : Comme tant d’autres, j’ai découvert Sakura, Yué, Kerbéros et leurs compagnons grâce à l’anime, avant d’emprunter sans honte toute la série à Xefed – elle rit d’ailleurs encore aujourd’hui quand je la lui re-pique pour une énième relecture ; promis je vais finir par me l’acheter ! Je garde pour cette série une tendresse toute particulière, car c’est elle qui m’a donné la première impulsion sur le chemin qui allait plus tard me lancer tête la première dans le monde des mangas. Après un temps d’adaptation aux noms originaux (on ne passe pas de Lionel à Shaolan si facilement !), j’ai très vite accroché à cette ambiance toute en douceur, aux fleurs qui s’invitent dans la moitié des cases sans qu’on sache forcément pourquoi, et surtout aux personnages et aux multiples relations qui se nouent entre eux – certaines étant à peine esquissées, suggérées, et permettant ainsi une interprétation libre à chacun (et d’éviter hurlements et levées de boucliers de la part de certains étroits d’esprit). A titre purement personnel, je suis une fan inconditionnelle de Yukito et Toya, qui font vraiment la paire. Bref, une série à lire absolument !

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. 24 février 2018

    […] l’eau,  Magic Knight Rayearth, Meru Puri, Psychic détective Yakumo, RG Veda, Sailor Moon, Sakura chasseuse de cartes, Tokyo mew mew, Toshokan senso–Love & […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *