L’épouse du Dieu de l’eau

L’épouse du Dieu de l’eau est un ancien mythe coréen remis au goût du jour par Yun Mi-kyng. Découvrez l’histoire d’un dieu d’une grande rivière et de sa chère épouse. Suivez les déboires de la vie de tous les jours de ce couple pas comme les autres et dont les problèmes sont souvent bien différents de ceux des humains. Comme quoi, la vie conjugale n’a rien de facile, même si on est un dieu.

Tome 1 de la série

Tome 1 de la série

Informations techniques

  • Titre traduit: Habaek : L’épouse du Dieu de l’eau
  • Auteur : YUN Mi-kyung
  • Type: Sunjung-Sunjeong (Shojo)
  • Origine: Corée
  • Genre: Romance, Conte
  • Editeur VF : Clair de lune
  • Sens de lecteur : français
  • Prix indicatif: ~8€ ; ~10 CHF
  • Année: 2006
  • Nombre de volumes parus: 16
  • Statu: en cours
  • Âge conseillé: 12+

Pour vous mettre en appétit

Des planches en couleur très bien réalisées

Des planches en couleur très bien réalisées

Le dieu de l’eau, Habaek, est en colère et le monde des humains en souffre. La sécheresse sévit, amenant avec elle la famine et la maladie. Pour apaiser la colère du dieu, il faut lui faire une offrande. Mais pas n’importe laquelle. Pour l’apaiser, il faudra offrir une belle jeune fille qui deviendra son épouse. Soah est donc choisie pour devenir l’épouse d’Habaek, et elle lui est remise sur une barque qui l’emporte vers une mort certaine. Un tourbillon l’entraîne, mais au lieu de se réveiller dans le monde des morts, elle ouvre les yeux sur les merveilles du Royaume de l’Eau. Elle y rencontre un enfant du nom de Habaek, et tombe amoureuse d’un jeune homme du nom de Mui. Durant son séjour, elle rencontre bon nombre de divinités, qui ne sont pas toutes dignes de confiance. Elle devra apprendre que, dans ce monde, les apparences sont souvent trompeuses.

Des planches noir-blanc de toute beauté

Des planches noir-blanc de toute beauté

Conclusion et avis personnel

L’histoire du dieu Habaek est l’un des plus anciens mythes en Corée. Selon les récits qui le concernent, ceux-ci narrent l’histoire du dieu de la grande rivière Yalu et de son culte. Celui-ci consiste entre autres à lui offrir une épouse lors des grandes sécheresses pour calmer la colère du dieu et faire revenir la pluie, thème qui sera repris pour le manhwa « l’épouse du Dieu de l’eau »

L’épouse du Dieu de l’eau est un savoureux mélange de politique, de complots et de trahisons, avec un bonne dose de romances. Le style particulier de l’œuvre donne une touche d’ancienneté typique des vieux contes du genre qui augmente l’immersion dans la série. On se retrouve transporté dans un monde de dieux et d’esprits qui peuplent la mythologie coréenne. Les dessins sont beaux et traités de manière minutieuse. L’enchaînement des cases se fait de manière fluide, même si on regrettera quelques coupures dans cet enchaînement qui vous feront buter et revenir en arrière pour être certain de ne rien avoir manqué. Cependant, l’histoire compense largement ce petit désagrément car celle-ci est traitée de main de maître. On suit avec plaisir des dieux manipulateurs et on en vient à se demander de quelle manière ceux-ci réfléchissent et quels sont les plans pour la jeune Soah et les autres humains.

Partagez

Vous aimerez peut-être...

1 Réponse

  1. 14 juin 2017

    […] catégorie : Divine Nanami, Sakura chasseuse de cartes, Fruits basket, Immortal Rain, Kilary,  L’épouse du Dieu de l’eau, Magic Knight Rayearth, Sailor Moon, Tokyo mew […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *